Jalons, cheminement, évolution, passages, repères, trajectoire, itinéraire, transgression

013.jpg (30764 octets)   (1952)  Premières influences : un  matiérisme  façon Tapiès mais à références terriennes. 

 

 

 


037.JPG (70847 octets)   (1962)  Gravée dans la matière picturale,  mon  écriture  qui contraint le geste : un geste déjà fortement socialisé.

Comme pour imposer encore des contraintes à l'expression lyrique, ces actions (au sens "d'Action painting") sont par la suite mises en contradiction avec des  partitions géométriques. empruntées au langage du blason


125.JPG (100871 octets) (1967)  La matière se détache du support et devient  grille  à travers  les fentes  de laquelle passe la couleur, désormais (et pour une assez  longue    période),  projetée au pistolet.

 L'utilisation de grilles appelle la superposition, la rotation autour du centre,  le retournement, autant de procédures répétitives, qui visent à  la   structuration  de l' oeuvre et à à sa cohérence interne. 

On peut déjà  parler de  démarche  systémique : chacune des zones de la texture all over, est le résultat non de l'intervention ponctuelle du sujet mais d'une application qui porte sur la globalité de l' oeuvre et qui reste donc imprévisible dans les détails. ( voir les oeuvres des années 1960 - 1970)


 

(1979)  Dans cette trame il est possible de découper des vides et d'obtenir ainsi d'autres grilles ( des grilles dans des grilles ) elles mêmes soumises aux procédures itératives. C'est la série des "Papiers découpés et superposés" ,chacun des 5 supports (les 4 supports découpés + le support de fond) étant porteur d'une couleur différente.

   260.JPG (43816 octets)   453.JPG (30897 octets)   454.JPG (33731 octets)   455.JPG (30570 octets)   

 


238.JPG (65057 octets)(1980)  La trame formelle est dissociée de la couleur posée en  bandes horizontales.

 

 

 

 


251.JPG (45703 octets) (1981)  Il est possible aussi de découper dans cette trame, non plus des vides mais des   fragments perçus en terme de figures  et de les arranger sur un fond totalement neutre et non-pictural, selon des schémas simples.

 

 

 

 


270.JPG (41391 octets) (1983)  Les figures découpées cèdent la place à des entités plastiques minimales: des ponctuations colorées plus ou moins grandes, plus tard des bâtonnets arrondis aux extrémités et exécutés au pinceau (abandon du pistolet). Mais la position dans le plan de ces entités, leur orientation, la distribution de la série chromatique obéissent désormais à des systèmes de permutation, sans doute réalisables "à la main", mais mis en oeuvre par un  programme informatique.

 

292.JPG (60566 octets)

 


320.jpg (40810 octets) (1986) Les éléments discrets constitutifs de l' oeuvre sont reliés entre eux pour donner lieu à des ensembles continus dont les éléments sont enchaînes les uns aux autres, d'où le titre générique de  "concaténation" donné à ces oeuvres - dont beaucoup, d'ailleurs, sont en trois dimensions .

 

 

Chemin et figure sont alors pour moi deux concepts directeurs. La figure se donne ici comme l'accomplissement d'un chemin, d'un  algorithme. L'abandon du mode opératoire de la composition de type heuristique s'est opérée au profit la distribution de nature systématique.


 366_a.JPG (43959 octets)

(1990)  Création d'un  nouveau logiciel informatique, "Voyager", (avec l'aide du FRAC de Midi Pyrénées ; programmation Simon Tressières) conçu comme une généralisation de ma thématique formelle précédente permettant une exploration plus rapide de l'univers combinatoire au sein duquel mon oeuvre trouve l'essentiel de sa caractérisation.  Intitulée  "Oeuvre-système",   dans une version spectacle, sous forme de projection en salle noire, elle fut présentée pour la première fois en public à Toulouse, au FAUST (Forum des Arts de l'Univers Scientifique et Technique) en 1990 ; il s'agissait de la génération dynamique et illimitée dans le temps, de tous les possibles de mon oeuvre.

 


414a.JPG (25358 octets)(1993)  L'exposition "L' oeuvre, Le modèle, L' oeuvre" (ENAC, 1993), reprend le concept de l'opposition entre des oeuvres murales, fixes, & des oeuvres-écrans en perpétuelle  différence & répétition. Ici les paramètres ont été fixés pour que le système ne génère que des oeuvres strictement analogues à celles peintes, accrochées entre des bornes portant les moniteurs & dans lesquelles étaient dissimulés les ordinateurs

 

ENAC-1993_modifie-1.jpg (57509 octets)

 


 

(Depuis 1990)  Exploitation du logiciel "Voyager" pour la recherche de  formes spécifiques.  Parmi la multitude des propositions générées par le système un choix est opéré (captures d'écran)  

Dans un second temps, ces captures d'écran font l'objet de réalisations matérielles diverses :

                                

376.jpg (25191 octets)       433.jpg (29994 octets)       476.jpg (18312 octets)          416.jpg (19234 octets)

Série des " Trous découpés" :

461.jpg (17593 octets)   462.JPG (33196 octets)   468.JPG (11673 octets)  

 

                                                               460_a.JPG (83471 octets) 

                                                              Voir texte critique sur Stabile Un

(1999) Le logiciel Voyager est utilisé pour la réalisation  de petites sculptures murales : PETITS BLOCS 3D

510.jpg (48605 octets)                               512a.JPG (16861 octets)                                514.jpg (49382 octets)

                           

(2000)  Une étape est franchie par l'utilisation de  l'impression numérique  pour la réalisation de l' oeuvre : la phase de l'intervention "manuelle" est supprimée.

Impressions numériques, jet d'encre sur bâches plastiques, (chaque oeuvre 210 x 160 cm)                    

(2002) Réalisation du logiciel d' animation "EXPLORER" : " ce qui entre en présence en se déployant de soi-même".

 

(2003) Réalisation du logiciel de permutations anagrammatiques  "PERMUTOR"

                  

(2004) Mise en oeuvre du logiciel Permutor : réalisation de 58 tablettes portant l'impression des 90 720 anagrammes du nom CAMBIAIRE  

& du DVD  qui les accompagne : MONNOMMESNOMS                                                                                                                              

                                     Garage_6.JPG (24090 octets)                                       Garage_7.JPG (43099 octets)

 

(2005)  Dans la série des Petits Cadres, je ne retiens des Petits Blocs (1999) que le contour extérieur. La structure refermée sur elle même disparaît au profit d'un tracé périphérique qui encadre du vide : 

 546.JPG (10862 octets) 547.JPG (11208 octets) 548.JPG (12380 octets) 549.JPG (10946 octets)

 

(2005) Les oeuvres de cette série sont tirées de mon logiciel "Explorer" réalisé en 2000. Grâce à lui elles sont entrées en présence & se sont développées d'elles mêmes. Je les ai simplement choisies, je dirais presque cueillies, comme des fleurs. Elles ont fait l'objet d'impressions numériques sur un support en PVC :

Explor01.JPG (58837 octets)        Explor02.JPG (79062 octets)     DSC01018.JPG (49332 octets)

(2009)  Projet pour un carrefour giratoire 

Carrefour__site_2.jpg (116442 octets)

 

 

 

 

 

 

 

>